Curacné (Roaccutane), mon expérience et où j’en suis aujourd’hui.

capture-d_c3a9cran-2018-05-13-c3a0-08-36-17.png

Salut les poulets! En direct du train pour Nice, Clara aux platines.

Comme vous l’avez compris depuis le début du blog, l’acné s’est prise d’amitié pour moi depuis mes 11 ans. L’ado boutonneuse typique, c’était bibi!
Ma dermatologue et moi on est devenues les meilleures amies du monde étant donné que j’y vais régulièrement.
Cette dernière m’a prescrit moult et moult de traitements: en crème (différine entre autre), en cachet (tetralysal par exemple), j’ai fais tout ce qui était possible de faire (y compris remèdes naturel), en vain.
J’avais toujours une centaine de microkyste sur le front et les tempes et en permanence deux boutons minimum enflammés sous la peau.
On a donc décidé de passer à l’étape supérieure: curacné (anciennement appelé roaccutane, il a changé de nom suite aux polémiques disant qu’il rendait suicidaire).
Curacné, comment ça se passe?
Curacné est un traitement extrêmement lourd, il ne se donne pas comme ça. Il est en général prescrit pour les personnes souffrant d’acné sévère et qui ne réagissent à aucun médicament, orale comme externe.
C’est une décision à ne pas prendre à la légère et qui nécessite de se renseigner avant sur les effets secondaires qui peuvent être nombreux et graves.
J’ai toujours été passionnée de makeup, ce qui me rendait l’acné encore plus difficile à vivre. Ce n’était pas le regard sur les autres qui me dérangeait, mais le regard que je me portais, moi. A 18ans, 7 ans d’acné sévère derrière moi, je n’en pouvait plus, ça devenait invivable. Je connaissais Curacné, je m’étais déjà renseignée, si bien que lorsque la dermatologue me l’a proposé, je n’ai pas hésité une seconde.
Au premier rendez vous de prescription de Curacné, on vous remet un fascicule de suivie contenant un livret d’informations, vos doses prescrites, votre ordonnance du mois, vos dates de prises de sang avec la signature du dermatologue pour attester l’autorisation de délivrer Curacné en pharmacie. On vous fait aussi signer un contrat pour montrer que vous savez dans quoi vous vous embarquez. 
Curacné étant un médicament puissant, il est obligatoire de ne pas être enceinte et ne pas prévoir de l’être pendant un an après la dernière prise. Autrement, cela pourrait déformer le bébé, provoquer des fausses couches, etc.
Le traitement varie en durée selon la gravité de l’acné, pour moi il a duré presque un an, avec augmentation chaque mois du nombre de milligramme (le médicament était de plus en plus fort).
Afin de vérifier que vous supportez bien le traitement et que vous n’êtes pas enceinte, il est impératif de faire une prise de sang chaque mois, sans quoi votre ordonnance ne sera pas renouvelée. Il faut donc faire sa prise de sang, passer chez la dermatologue chercher l’ordonnance et ensuite aller à la pharmacie: c’est très contraignant.
Après ça, il ne faut rater aucun comprimer et chaque jour prendre la dose prescrite: il faut être régulier, comme pour une pilule contraceptive.
Les effets secondaires et les résultats pendant le traitement:
Dans mon malheur, j’ai la chance d’avoir un corps qui s’adapte ce qui fait que je n’ai pas eu tant d’effet secondaires contrairement à d’autres.
J’ai noté une sécheresse ophtalmique (achetez des gouttes en pharmacie, ça change la vie), des lèvres gercées (mais pas de crevasses comme chez d’autres), et les coins du nez qui pelaient quasi en permanence (tellement sexy).
Mais surtout une baisse de mes défenses immunitaires. Déjà que j’attrape tout ce qui passe, là c’était encore pire: j’enchainais angine sur angine.
Comme effet sympathique, je pouvais ne pas me laver les cheveux pendant une semaine facile!
Au niveau des résultats pendant le traitement, je n’avais jamais eu une aussi jolie peau: plus aucun bouton, petit ou gros. Seul mes points noirs restaient, mais comme je vous l’ai dis dans mon précédent article, ça demeure principalement de la génétiqueAucun sébum, même pas besoin d’une poudre matifiante. Moi qui me remaquillais toutes les heures (véridique), ça m’a changé la vie.
L’après:
Libérée de toutes les contraires qu’imposaient Curacné, j’étais super contente d’avoir enfin la peau dont j’avais rêvé.
Ca a duré 4 mois environ.
Et puis l’acné est revenue, en l’espace de deux semaines et d’une puissance pharaonique.
Tellement pharaonique que je ne voulais plus aller en cours et que j’en pleurais pendant des heures. Le jour de Noël j’ai même pleuré parce que je me trouvais moche et que j’avais honte.
J’avais changé de type de boutons: cette fois les micro-kystes étaient aussi sur les joues et ceux enflammés, autre fois sur le front, étaient maintenant sur le bas des joues et les côtés, un endroit où j’avais toujours eu une peau nickel.
C’était l’année dernière. Lorsque je suis revenue du Canada où je fais mes études, j’ai pris rendez vous chez un endocrinologue et chez ma gynécologue. Je m’étais renseignée sur les ovaires polyskistiques et j’étais persuadée que c’était la seule explication pourquoi Curacné n’avait pas fonctionné sur moi.
L’endrocinologue, une vraie c*nne, ne m’a absolument pas aidée. En revanche la gynécologue oui!
Je n’ai pas le syndrome des ovaires polykistiques, mais un type d’acné dit « hormonale » ce qui nécessite un traitement sur les hormones et non sur les glandes sébacées comme le fait Curacné, Tetraysale, etc.
La gynécologue m’a détecté un dérèglement des hormones mâles. La cause? Jamais vraiment établie, mais probablement les séances de chimio thérapie lorsque j’ai eu une leucémie (cancer du sang) entre mes 2 à 5ans.
Depuis ce rendez vous, je suis sous Androcur (aussi très controversé car c’est une partie des molécules de Diane 35, une pilule contraceptive retirée du marché), qui, couplé à Provames, agit comme régulateur d’hormones et pilule contraceptive. Je prend aussi du fer avant de dormir.
Depuis, mon acné est quasi inexistante. Bien sûr, j’entretiens en faisant régulièrement des masques, des soins etc, mais ça n’a rien à voir. A 20 ans, j’ai enfin plus honte de sortir démaquillée.
Capture d’écran 2018-05-13 à 08.39.21.png
Au début quand l’acné est revenu (pas encore de gros bouton) et maquillée
Le mot de la fin:
A toutes les personnes souffrant de l’acné, sévère ou non, je vous comprends.
C’est honteux, on a l’impression de paraître crade, ça fait mal, on perd petit à petit notre confiance en soi, et on finit par psychoter (« est ce que sous ce type de lumière on voit plus mes boutons? »; « Il est en train de fixer mon acné »; etc etc etc).
Souvent minimiser par l’entourage, l’acné à un vrai impact sur la santé morale. 
Prenez des rendez vous chez les dermatologues, chez vos gynécologue, et même chez des endocrinologues.
Renseignez vous, battez vous, car une solution existe! Apprenez à différencier l’acné hormonale de l’acné adolescente et à connaître votre corps. Il y a TOUJOURS une solution (naturelle ou non!).
Je suis là pour vous, n’hésitez pas à vous confier à moi. Je ne suis pas professionnelle, mais j’ai mon vécu!
Si vous décidez de prendre curacné, soyez certain que vous avez une acné d’adolescent et non hormonale! Et renseignez vous.
Avant tout, essayez des solutions naturelles, et si ça ne fonctionne pas, prenez des médicaments mais allez y graduellement (d’abord une crème par exemple).

Voilà, c’est tout pour moi!

Je sais que cet article était moins « fun » que les précédents, mais c’est un sujet qui me touche tout particulièrement.

Si vous avez des questions, surtout n’hésitez pas, je suis là pour vous! Vous pouvez me les poser par mail (rubrique « et si on discutait? » sur le blog, ou bien en m’envoyant un message sur mon instagram Clarasemballe).

Je vous fais des bibis, et vous dis à mercredi pour un nouvel article! Coeur sur vous!

quand quelqu’un te dit que t’as un bouton

3 commentaires sur “Curacné (Roaccutane), mon expérience et où j’en suis aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.