La rhinoplastie, mon expérience et mes meilleurs conseils -partie deux-

Hello les poulets!

Vous l’attendiez avec IMPATIENCE (je ne compte plus les messages que j’ai reçu à ce sujet!!) voici la seconde partie de ma série d’articles sur ma rhinoplastie. Si vous avez manqué la partie une, la voici ici.
Au passage, merci pour tout vos messages d’amour, votre soutien, et vos jolis commentaires que j’ai reçu sur le blog et sur instagram, ça m’a sincèrement touché!
Dans cette partie deux on va causer des démarches à faire avant l’opération et de l’opération en elle-même! Pas de ce que le chirurgien fait exactement parce que je pense que personne veut savoir, mais plutôt du déroulement tout juste avant et après.
Bref, préparez-vous, vous allez tout savoir!
Petit disclaimer des familles:  
Cette série d’articles risque de contenir des photos un peu deg (bouh du sang) et je conçois que la chirurgie esthétique est un sujet sensible. Je n’incite en aucun cas à avoir recours à ce type de procédure, car comme je vais l’ai mentionné, c’est un choix qui doit être mûrement réfléchi! Je partage juste mon expérience et mes meilleurs conseils pour celles et ceux qui aimeraient la connaître et avoir plus de renseignements… Par ailleurs, tout commentaire négatif non construit ne sera pas accepté! Aucun débat n’est à avoir, donc 🙂 PEACE
  • Les démarches avec le chirurgien
Une fois que vous avez un contact et que vous prenez rendez vous, le chirurgien vous reçoit pour une première entrevue de « reconnaissance » on va dire.
Au programme, rien de concret, c’est plus comme un « devis » si vous voulez. En gros le chirurgien va vous interroger sur vos motivations, ce qui vous dérange, etc puis il va proposer une simulation.
La simulation est différente selon les chirurgiens: certains font en deux trois coups de Photoshop après vous avoir prit en photo, d’autres comme la mienne vous prennent en photo, impriment, puis à l’aide d’un stylo noir vous montrent les changements qui pourront être faits.
Ce premier contact c’est donc juste histoire d’apprendre à connaître les pratiques du chirurgien, ce qu’il peut ou ne peut pas faire sur vous (très important, un chirurgien qui vous dis amen à tout c’est plutôt très suspect!). C’est aussi l’occasion pour vous de poser toutes les questions que vous désirez! Donc lâchez-vous!!
Par la suite, vous avez un second rendez-vous (et parfois un troisième il me semble si vous le désirez). C’est l’heure de programmer l’opération, de définir si oui ou non vous pouvez être remboursé une partie, de vous expliquer le déroulement du jour J et quelles sont les démarches à suivre d’ici là (médicaments, betadine, etc).
Of course tout les rendez-vous sont payants et donc à inclure dans le prix final de votre nouveau nez!

3615 MY LIFE:

Comme je vous le disais dans l’article un, je n’ai vu qu’une chirurgienne puisque j’ai totalement accroché dès le premier rendez-vous. Quand je suis arrivée j’ai adoré son cabinet qui faisait classe et modern (ça peut paraître un détail, mais ce genre de truc à toute son importance dans des moments pareils).
La première rencontre a du durer 30/45 minutes je pense. On a discuté de ce nez qui me dérangeait vraiment et de mes motivations profondes pour le changer. Elle m’a dit que bien souvent les rhinoplasties sont les chirurgies qui délivrent le plus de nos complexes car on peut vraiment faire quelque chose de naturel et d’adapter à notre morphologie. Elle m’a ensuite pris en photo de profil, l’a imprimé et à l’aide d’un marqueur noir m’a fait deux propositions: un nez plus droit et un nez un tout petit peu plus creusé. J’ai souhaité le deuxième! of course
Ce que j’ai aimé c’est qu’elle m’a précisément dit que je n’aurais PAS un petit nez: ma peau est épaisse et donc difficile apparement à retravailler pour avoir un petit nez. Elle m’a aussi dit que si on ne faisait que limer la bosse ça n’irait pas du tout avec ma forme de visage et que donc on allait refaire les narines et remonter le « pendent » du nez (juste au-dessus de l’arc de cupidon).
  • Les démarches de remboursement (SI votre chirurgien vous dis que vous pouvez potentiellement être éligible)
Tout d’abord, on va vous demander de faire une radio, car les possibilités de remboursements sont principalement dues aux déviations de la cloison nasale. Donc hop une petite radio des familles que vous envoyez au chirurgien et à l’organisme qui gère ce genre de chose et qui délibère si oui ou non vous pouvez être remboursée et si oui, de combien!
Une fois que l’organisme a prit connaissance de la radio, soit il donne direct sa réponse (oui/non) soit vous êtes joyeusement convié à un rendez-vous.
Ce qui a été mon cas! Pendant ce rendez vous on vous pose pleins de questions (est ce que cette déviation vous empêche de respirer, de dormir, etc) et on vous fait passer quelques tests comme souffler par le nez sur un miroir pour voir si les taches sont identiques ou non (le genre de truc que vous pouvez pas fake).
Après ce rendez vous vous ressortez sans savoir le verdict car c’est le chirurgien qui reçoit la précieuse réponse!

3615 MY LIFE:

Lors de mon premier rendez-vous chez la chirurgienne je lui ai parlé du fait que mon nez était de plus en plus dévié vers la droite et que ça se voyait vraiment très distinctement en photo de face. Elle a constaté qu’effectivement j’avais une belle déviation. Elle m’a posé deux trois questions pour savoir d’où cela pouvait probablement venir… Mais jusqu’à aujourd’hui je ne sais pas (peut-être les balles de foot qu’on se reçoit en pleine gueule à la cours de récré quand on est gosse…).
Elle était persuadée que j’allais pouvoir avoir ne serait-ce qu’un mini montant remboursé grâce (ou à cause) de cette déviation. Elle m’a donc demandé de faire une radio le plus vite possible et de suivre les démarches que je vous ai raconté plus tôt. Ni une ni deux je suis allée faire cette fameuse radio et voilà ce qui en est ressorti:

capture-d_c3a9cran-2018-09-29-c3a0-18-40-34-e1539524846373.png

Oui oui. Vous voyez bien claire. Je n’ai plus de cloison nasale sur ma narine gauche. COMMENT J’AI FAIT POUR NE RIEN REMARQUER?! Mystère les gars, mystère! Ma théorie c’est que c’est venu hyper progressivement et que donc j’ai pas remarqué que je ne respirais plus que d’une narine. On voit aussi clairement que le cartilage a complètement viré vers la droite.
Bref, la sécu étant un peu aveugle apparement, ils m’ont quand même demandé de venir en rendez-vous. Là une fille très gentille m’a posé des questions et j’ai réussi à obtenir le sain graal: un remboursement partiel de mon intervention.
  • Les démarches avec l’anéthésiste:
C’est la rencontre la plus rapide de l’histoire. Chaque chirurgien à son anesthésiste et vous propose de le rencontrer quelques jours avant l’intervention. Pendant ce rendez vous il vous pose des tas de questions d’ordre pratique (poids, age, taille etc). Vous pouvez poser toutes les questions que vous voulez si vous avez peur, un peu comme tout le monde, de vous réveiller en plein milieu.
C’est aussi le moment où le praticien vous explique comment l’endormissement va se dérouler.

3615 MY LIFE:

Pour ne rien vous cacher, je n’ai pas vraiment apprécié mon anesthésiste quand je l’ai rencontré. Il était plutôt froid, son cabinet était maussade… Bref pas des barres. Mais je me suis dit que de toute façon lui était là pour m’endormir et pas pour m’opérer et que donc c’était pas lui qui allait me suivre.
Rien de plus à rajouter pour ce 3615, c’était plutôt rapide et efficace!
  • Se préparer à l’opération:
Ca y est: vous êtes ready comme jaja et demain c’est le grand jour! Il ne vous reste plus qu’à changer de nez…
Comme chaque opération le jour précédent on vous demande de prendre une douche à la bétadine, de retirer votre vernis et vos bijoux (même les piercings). C’est des choses logiques puisque tout doit être totalement stérile dans la salle d’opération.

Côté psychologique, je vous conseille de ne pas trop vous prendre la tête: vous savez dans quoi vous vous êtes embarqué, si vous avez fait les démarches jusque là c’est que vous êtes 100% motivé et que vous voulez vraiment changer ce nez. Détendez vous et surtout faites comme si demain était un jour comme les autres.

3615 MY LIFE:

Je suis du genre à être hyper déterminée quand je veux un truc, mais quand je fais des choix pareils (on parlera un jour de mes études au Canada si vous voulez), je réalise toujours au dernier moment dans quoi je me suis embarquée (vous le verrez dans le point suivant). Mais bref jusqu’à la dernière minute je n’ai absolument pas réalisé et pour moi le lendemain était un jour comme les autres. J’ai dû mettre un chouilla plus de temps à m’endormir mais quasi rien. J’étais en mode tranquillou billou j’ai fait mon sac pour le week end allez hop on va chez papi mamie.
Par contre je me rappellerai toute ma vie: j’avais fais une pose de vernis semi-permanent deux semaines avant l’intervention et j’ai du tout enlever sans produit spécial! Je me suis défoncé j’ai mis 1 mois à retrouver des ongles normaux (ça me faisait même mal tellement ils étaient morts!!).
Côté piercing rien de spécial comme j’ai juste le cartilage à l’oreille gauche de piercer. Ca m’a juste fait bizarre de le retirer! Par contre remettez le vite après l’opération car moi j’ai attendu un peu trop et j’ai dû forcer pour le repasser dans le trou (instant glamour).
  • L’opération:

Je parle de mon expérience: j’étais en clinique et non en hôpital!

Le jour de l’opération vous arrivez en clinique le matin. On vous met en chambre, on vous demande de vous changer pour mettre une magnifique blouse bleue, une culotte en papier et des bas de contention! Bref, au top de vous même.
Peu de temps après l’infirmière passe pour vous donner des déstressants. Bien entendu il faut être a jeun de la vieille donc ni boire ni manger! Bref vous prenez votre petit medicaments et vous patientez gentiment. SOYEZ ACCOMPAGNEES! Car c’est là qu’on commence généralement à stresser.
Il faut souvent patienter quelques temps avant que les choses ne bougent, que le bloc soit prêt etc.
Capture d’écran 2018-09-29 à 18.36.16.png
Salut, je ne réalise pas du tout et je suis au top de mon sex-appeal. (au passage, ma jolie déviation nasale)
Quand tout est ok on vient vous chercher et on vous transfert sur le lit du bloc. Là vous partez dans l’ascenseur pour la salle d’opération et c’est le moment de dire au revoir à la personne qui vous a accompagner. C’est normal de pleurer à ce moment là! Courage 🙂
Vous arrivez dans la partie de la clinique où il y a les opérations. On vous « gare » ensuite devant le bloc le temps que tout soit fin prêt. Puis on vous transporte à l’intérieur, l’anesthésiste arrive et vous demande si tout va bien. Vous commencez à être tubée de partout on vous met la tension et un masque sur la bouche.
C’est une fois que tout est en place que l’anesthésiste va prendre le produit, l’insérer dans le tube qui va direct dans votre sang. Il vous parle et vous dit qu’il va procéder à l’endormissement. Il vous demande de compter jusqu’à trois, vous n’avez même pas le temps de dire trois que vous êtes déjà pass-out ahah. La magie!

3615 MY LIFE:

Je vous disais juste avant que je suis du genre à réaliser au dernier moment. En fait c’est comme si mon cerveau fonctionnait un peu tous seul ce salaud: il sait ce qui est bon pour moi et donc il fait agir tout mes membres pour aller direct vers ce choix mais au dernier moment il me l’annonce en mode « ah au fait, tu passes sur le billard dans 2 minutes! ».
Pour être tout à fait honnête avec vous, j’ai été zen jusqu’à l’attente devant le bloc en bas sur mon lit.
Je suis arrivée à la clinique le matin pour être opérée vers 14h! J’ai débarqué en mode coolos de ouf, je suis montée en chambre, je faisais des petites blagues (j’étais avec ma maman), je me suis changée etc.
Mais quand je me suis retrouvée devant le bloc j’ai complètement changé de face. Je pense que si j’avais pu me voir j’étais juste livide! J’ai paniqué je voyais des infirmières passer à côté de moi et moi j’étais sur ce lit à 10 minutes de l’opération (et sans ma maman). J’avais les dents tellement serré pour me retenir de pleurer vous avez pas idée. J’avais aussi extrêmement froid (déjà parce qu’au bloc il fait pas chaud mais aussi à cause du stresse).
Quand je suis rentrée dans la salle l’anesthésiste m’a beaucoup plus plu que pendant la consultation: il a été très doux et compréhensible. Il a vu que j’étais extrêmement stressée mais que j’essayais de le cacher.
Il m’a présenté un stagiaire et à commencer à m’installer tout en me parlant. Est venu le moment de m’endormir et je saurais pas comment vous décrire mais quand j’ai commencé à compter j’ai senti comme une odeur chimique mais pas dans l’air ni dans ma bouche c’était comme si je sentais le produit en moi! C’était trop bizarre. Ensuite bien sur je ne me rappelle de rien, je suis partie en un quart de seconde d’un coup comme ça.

Voilà les loulous, on va s’arrêter là pour la partie 2 de ma série sur ma rhinoplastie. J’espère que ça vous aura plus. On se retrouve dans deux semaines pour l’ultime article où on parlera du réveil, des mois qui ont suivi l’opération et de mon résultat final. J’espère que la série vous plaît toujours autant, je vous fais pleins de bisous et vous dis à dimanche pour un nouvel article beauté!

3 commentaires sur “La rhinoplastie, mon expérience et mes meilleurs conseils -partie deux-

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.